bliss you médecine douce

Affirmons-le une bonne fois pour toute : il n’y pas d’orgasme vaginal

La masturbation n’est plus un tabou.

Les témoignages de femmes et les conseils pratiques fleurissent même sur le net, un mouvement libératoire et sacrément bon…

La personne personne qu’on doit désirer c’est soi-même.  Alain Héril, sexothérapeute

 

Un ovni a récemment fait son apparition sur le web : OMGYes, qui propose des vidéos de femmes, de tous âges et de tous profils, expliquant et démontrant en images, et à visage découvert, comment elle atteignent l’orgasme seules. Chacune partage sa technique, que l’on peut tester grâce à une fonctionnalité interactive. c’est incroyablement honnête et tellement concret qu’on a du mal à y croire. Pourtant Lydia Daniller et Rob Perkins, les fondateurs du site, n’ont au aucun mal à trouver des femmes qui acceptent de partager avec d’autres quelques chose d’aussi intime. Suite à leur annonce sur le site Craiglist, l’équivalent de Leboncoin, plus de 1000 femmes se sont portées volontaires pour aider les autres. En 4 mois, OMGYes.com comptabilise 50 000 utilisatrices.

Cette initiative hallucinante illustre un phénomène global : le plaisir féminin semble être encore considéré comme quelque chose qui s’apprend, sans culpabilité aucune.  Il est temps de débarrasser  la jouissance de toute gène. Ils s’érigent contre le mythe hollywoodien qui au cinéma représente toujours la sexualité féminine comme dépendant de l’homme et de la pénétration : « les films nous font croire qu’un petit coup de missionnaire ou un quicky contre un mur aboutit en moins d’une minute immanquablement en un orgasme époustouflant.

Sauf que dans la réalité, ça ne se passe pas comme ça. accéder au plaisir, c’est d’abord connaitre son corps, l’explorer… Une curiosité encore très mal perçue dans notre société par des siècles de tabous.

Parmi mes patientes, il y a énormément de femmes pour qui l’essentiel dans une relation sexuelle, c’est la pénétration. Leur clitoris est pour elles totalement secondaire, voire inexistant. Or on sait que si le clitoris n’est pas stimulé dans une relation sexuelle, il est très difficile pour une femme d’accéder au plaisir. Sans clitoris, pas d’orgasme ; une donnée aujourd’hui consensuelle dans le monde scientifique, qui peine cependant à atteindre le grand public. Le mythe de l’orgasme vaginal n’est  toujours pas tombé.

Affirmons-le une bonne fois pour toute : il n’y pas d’orgasme vaginal. 

Tous les orgasmes sexuelles proviennent d’une stimulation du clitoris, qu’elle soit externe (le gland du clitoris, sa partie visible) ou interne (2 corps caverneux de 12 à 15 cm qui se rejoignent au sommet de la vulve).

L’important est aujourd’hui de promouvoir la découverte de soi, de son corps et de son plaisir. La personne qu’on doit désirer c’est soi-même.  Alain Héril, sexothérapeute.

Pour s’émanciper des idées reçues qui brouillent les pistes du plaisir, on nous conseille de poser la question suivante : qu’est-ce qui vient de moi et de mon désir, et qu’est-ce qui est issu des injonctions ? A partir de là, on peut très bien se conformer à certaines injonctions, ou bien aller contre, mais en tout cas on devient la femme que l’on veut être, pas celle qu’on nous présente comme la femme parfaite.

La sexualité est terrain de jeu, un bac à sable pour adultes, sans sable qui gratte entre les doigts de pieds, alors jouons !

 

Sources : ELLE.

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.