Articles

bliss you médecine douce

Les 5 étapes de l’alimentation Mindful

Andy Puddicombe, créateur de l’appli Headspace dédiée à la méditation mindfull, nous livre 5 secrets pour mieux apprécier le contenu de nos assiettes… tout en mangeant moins ! (un indice : il y a du chocolat dans l’affaire !)

 Manger en pleine conscience transforme radicalement notre rapport à la nourriture.

Ah, le chocolat ! Prenez une minute pour y penser.

Imaginez que vous avez devant vous un carré de chocolat. Comment vous sentez-vous à cet instant précis : heureuse, détendue, rêveuse ? Ou est-ce qu’au contraire ce morceau de chocolat ne vous inspire que des pensées liées au poids, l’envie et la culpabilité ?

Si le seul fait de penser au chocolat provoque en vous des pensées et des émotions aussi fortes, que se passe-t-il quand vous tenez un vrai carré de chocolat dans votre main ? Certaines s’assoient tranquillement pour le manger lentement et en apprécier pleinement chaque délicieuse bouchée. D’autres au contraire auront tendance à l’avaler le plus vite possible comme pour s’en débarrasser. Certaines le mangeront sans problème en public, alors que pour d’autres manger du chocolat est un acte solitaire et secret, exclusivement réservé à la sphère intime.

Il ne fait aucun doute que notre alimentation a un impact très fort sur notre état d’esprit, et manger en pleine conscience ou Mindful est aujourd’hui la grande mode. On y voit LA nouvelle solution minceur – à raison, puisque manger en pleine conscience transforme radicalement notre rapport à la nourriture.

Lâchez prise

Mais cette nouvelle approche apporte beaucoup plus qu’un simple régime amincissant. Son potentiel va bien au-delà de nous faire perdre quelques kilos.

L’alimentation en pleine conscience peut en fait redéfinir complètement notre rapport à la nourriture, en nous apprenant à lâcher prise. Manger en pleine conscience nous aide à nous libérer de nos envies compulsives et de nos sentiments d’anxiété et de culpabilité,  à réapprivoiser notre assiette et à retrouver le plaisir de manger.

Mais pour comprendre vraiment, il faut essayer. C’est comme la méditation : si vous ne mettez pas en pratique, cela n’a aucun sens. Vous pouvez lire tout un article sur la saveur extraordinaire d’un mets, ce n’est qu’en le goûtant que vous saurez vraiment quel goût il a.

Munissez-vous de chocolat

Place à la pratique ! Voici un bon exercice pour commencer. Prenez un aliment qui vous plait : vous pouvez choisir n’importe quel aliment, mais je recommande en général un bon chocolat noir, car il est moins sucré que les chocolats classiques et tellement plus savoureux – c’est un peu comme quand on boit un bon vin.

Une fois que vous avez bien choisi votre chocolat et que vous l’avez devant vous, commencez par imaginer que c’est la première fois de votre vie que vous goûtez du chocolat. Ou bien que c’est le dernier morceau de chocolat que vous mangerez de votre vie. Bref, l’idée est de savourer pleinement l’expérience gustative qui va suivre.

Petit exercice de méditation en 5 étapes pour manger en pleine conscience

  1. Avant même de prendre le morceau de chocolat dans votre main, respirez profondément pendant quelques instants, en inspirant par le nez et en expirant par la bouche. Cela permettra à votre corps et votre esprit de se poser, pour mettre toutes vos autres pensées de côté et vous concentrer entièrement sur le moment présent.
  2. Prenez le temps d’étudier ce morceau de chocolat. Intéressez-vous à sa provenance : imaginez le cacao en train de pousser dans son environnement naturel, imaginez les personnes qui l’ont cultivé jour après jour.
  3. Observez ce que vous ressentez à cet instant. Etes-vous plutôt détendue ou impatiente d’avaler ce chocolat le plus vite possible ? Éprouvez-vous du plaisir, de l’excitation, ou au contraire de la culpabilité et du malaise ? Prenez simplement un moment pour cerner vos émotions.
  4. Maintenant seulement, sortez lentement le chocolat de son emballage. Puis prenez une minute pour l’observer de près. Touchez-le pour en palper la texture (avant qu’il ne fonde !), humez son parfum.
  5. Une fois arrivée à ce stade, vous voilà fin prête pour mettre ce chocolat à la bouche. Mais allez-y doucement. Croquez d’abord un tout petit morceau et réprimez le réflexe de mâcher. Concentrez-vous sur la sensation en bouche, la température, la texture, le goût. Est-ce crémeux, sucré, amer? Résistez à l’envie de mâcher, laissez le chocolat fondre lentement dans votre bouche. Puis reprenez une bouchée.

En prenant le temps de savourer ainsi pleinement le goût de l’aliment, vous êtes au cœur de l’instant présent. C’est comme si, l’espace d’un instant, vous faisiez le vide dans votre tête pour vous concentrer uniquement sur l’ici et maintenant.

Il est évident que l’on n’a pas toujours le temps de manger de cette façon, mais en appliquant simplement le principe de la démarche – même quand vous êtes pressée – vous retrouverez peu à peu une approche saine à la nourriture et un esprit plus heureux et apaisé, tout en vous délestant au passage de quelques kilos.

Un récit de Andy Puddicombe, fondateur de Headspace. Pour en savoir plus sur l’alimentation en pleine conscience, découvrez le site The Headspace Diet ou téléchargez gratuitement l’application Headspace app, une méthode simple pour apprendre les bases de la méditation en 10 minutes par jour.

Sources : Par Business O FEMININ

La vie est une expérience, BLISS YOU.

Lunch inspiration : salad in a jar

Comment cuisiner malin pour son déjeuner au boulot, sans perte de temps tout en préparant un repas sain. On veut épater ses collègues en créativité ?

LES « SALADS IN A JAR »

1- On commence par le dressing, les sauces au fond du bocal.

2- Puis on ajouter les féculents pois chiche, lentilles, riz etc…(les plus lourds en poids)

3- On peut y superposer les légumes croquants : carotte, mais, haricot verts, tomates, mais aussi oeufs durs, fromage, jambon etc…

4- et on termine le top par le plus léger les salades ou les petites graines.

5- On ferme son bocal, et ça peut même se conserver 2/3 jours au frigo si vous ne mettez pas de laitues, salades.

explication en image

IDÉES DE SUPERPOSITION

Du fond vers le top :

SALAD IN A JAR FRAICHEUR

  • Sauce avocat citron avec des haricots rouges
  • Tomates cerises et poivrons
  • Quinoa
  • Salade mesclun

Image1

SALAD IN A JAR CHILI

  • Sauce chili
  • Haricots rouges
  • Tomates
  • Mais
  • Salades mesclun
  • Fromage râpé

Image2

SALAD IN JAR MEDITERRANNEE

  • sauce huile d’olive, vinaigre balsamique
  • Coeur d’artichaud
  • Tomates cerises
  • Olives
  • Concombre
  • Pignons
  • Salades

salade mediterrannée

SALAD IN A JAR ANTI-OXYDANTE

  • Sauce vinaigre balsamique framboise
  • Myrtille
  • Soja
  • Fraise
  • Carotte rapées
  • Amandes
  • Cresson

anti-oxydante

SALAD IN A JAR DETOX 

  • Sauce vinaigrette
  • Ananas
  • pois chiche
  • Myrtille
  • Quinoa
  • Radis / Graines de courges ou de lin
  • Salades

detix

SALAD IN A JAR HYPER PROTEINE

  • Sauce
  • Brocolis
  • Pois chiche
  • Mais, petits pois
  • Parmesan
  • Figues
  • Graines de courges
  • Salades

proteine

La vie est une expérience, BLISS YOU.

bliss you médecine douce

Good Food Karma : Enjoy !

Au cours de mes voyages, j’apprends à découvrir ou à re-apprécier le monde merveilleux et enchanté de la cuisine. En d’autres termes : 1001 étoiles dans les yeux devant un brunch allemand ; Valse en 3 tempos entre ma bouche, mon œsophage et mon estomac lorsque je déguste une gellatina à Rome ; Culotte qui vrille quand je me laisse séduire par un moelleux chocolat végétalien à Nantes ; 7ème ciel quand je fais un face à face tel un match Tinder à un bon petit déjeuner combo churros/chocolat chaud onctueux à Madrid….Et j’en passe….Vous l’aurez compris, j’aime la bouffe et j’aime le gras. Tel est le sujet aujourd’hui. Car ma grande et ultime bafouille est :

Pourquoi tant de frustration et tant de violence contre ce qui  me nourrit et me permet de vivre chaque jour ? 

C’est une question que je me pose vraiment souvent. Pourquoi critiquer, ignorer, nier, refuser, discriminer autant quelque chose d’aussi essentiel et aussi basique que notre alimentation ? Je n’ai qu’une philosophie (viser la luuuuuuuuune) : Aime et apprécie ce qui permet de nourrir chaque cellule de ton corps au quotidien.

Je ne dis pas de vouer un culte à la chips Vico ingurgitée au dernier apéro, loin de là. Mon mode de penser, c’est plutôt et tout simplement d’apprécier la bouffe. Toute la bouffe. De faire honneur à tout ce savoir, à toute cette diversité et cette richesse qu’est la nourriture, de prendre le temps de la préparer, de la sublimer, de la déguster.

Je suis une de ces personnes très étranges qui te sort des « OMG mais ce gâteau c’est le petit Jésus en crèche ! » ou « Le pâté c’est la VIE avec un grand V meuf ! » au restaurant, chez la famille, chez les amis ou même quand je suis seule (autokiff de ma cuisine, si, si narcissisme représente!). Est-ce ma faute à moi ? Est-ce que je devrais culpabiliser d’aimer la bouffe, de sentir l’odeur d’un plat qui sort du four en ayant un grand sourire, de faire l’éloge des produits de ma région (Le Sud-Ouest), d’en parler avec passion au point d’avoir créé un blog ? La réponse est non.

Ce qui m’agace ici, ce n’est pas ceux qui ne cuisinent pas (chacun ses raisons, et moi-même, je glorifie mon take-away du Lundi devant le nouvel épisode de Game of Thrones), mais ceux qui râlent en permanence par rapport à leur silhouette et la nourriture. genre  » ouais non mais ça c’est trop calorique! Moi j’ai un c** de la taille de l’aéroport d’Orly! » ou « Non mais tu as vu le taux de lipides/glucides au 100g??? » . En gros, ceux qui méprisent en permanence leur assiette. Je trouve que c’est de la maltraitance à la fois de soi-même et aussi de ce qui se cache derrière le plat qui se tient devant nous. STOP !

Oui je suis totalement d’accord avec le fait qu’on doit faire attention à notre santé (et heureusement d’ailleurs) ;  NON je suis totalement en désaccord avec la culpabilité véhiculée par une image biaisée du corps « normal » dans notre société, et encore plus en désaccord quand on devient un véritable scanner devant chaque bouchée, en se prenant la tête comme il n’est pas permis. Je peux crier au monde entier ma bouée de secours 3 étages, AND SO WHAT? Je suis belle et en bonne santé, je plais et je me plais 🙂

Je suis heureuse quand j’invite des gens autour d’un repas, j’aime leur concocter de nouvelles choses, j’aime leur « oooh c’est (gavé) bon! » et j’aime quand ils rigolent et me disent « hum, c’est pas top là, petit fail, mais on t’aime quand même! ». J’ai encore plus le smile quand, de ma propre initiative, je vais à la rencontre d’agriculteurs et producteurs, ceux qui donnent accès à tous ces produits frais, et qu’ils me montrent leur champs et qu’ils m’expliquent comment ils procèdent. Ce lien Terre-Assiette, c’est ce que j’aime (d’ailleurs, c’est bien pour ça que je me suis orientée là-dedans). De manière générale, voici ce que je pense:

La cuisine, c’est le partage, c’est la convivialité, c’est de la Culture, de l’Histoire, c’est riche en émotions, c’est du savoir, c’est du vécu, c’est du vivant parce que ça provient de la terre, et que ça nous permet de vivre, c’est de l’humanité au bout d’une simple fourchette…donc c’est bien dommage de la résumer à un sachet de riz à réchauffer 10 secondes au micro-ondes.

L’équilibre alimentaire est primordial et c’est en redécouvrant ce qui existe autour de nous qu’on y accède. J’aimerais juste que l’on arrête de voir la bouffe comme l’ennemi public n°1 (pire que Mesrine). Manger, c’est pour être en forme, c’est pour être en forme, c’est pour se faire plaisir, c’est pour partager des moments, c’est pour se faire du bien. C’est la V-I-E. Alors ce soir, tu fais péter l’assiette de fromages ou ce que tu veux (j’ai parfois de gros TOC quand mes pensées vont au fromage désolée) et tu k-i-f-f-e-s!

 

Merci à Laura, rencontrée via The Happy Body Network (http://www.thehappybodynetwork.com/) . Elle est ingénieur en environnement (Agro Paris Tech), bloggeuse healthy nutrition et gourmande, elle aime faire le lien entre alimentation et sustainability (développement durable).

Son blog : https://lemondedeberlande.wordpress.com

11258105_897402920322300_3025510887575318980_n

La vie est une expérience, BLISS YOU.

bliss you médecine douce

Le Raw Food, la nouvelle tendance « crue »

À l’approche de l’été et de ses doux rayons, le corps se met en quête de fraîcheur: éventails, Perrier-tranche en terrasse, piscines et bords de mer, un peu d’ombre et une brise fraîche… Il semblerait même que l’on mette également d’autant plus de « frais » dans nos assiettes, avec des envies de salades, de crudités et de fruits de saison pour étancher nos soifs et rafraîchir le palais avec un shoot de vitamines colorées!

L’été ne serait-il donc pas la saison idéale pour découvrir la nouvelle tendance « crue » qui nous vient d’outre-Atlantique et même encore plus près, d’outre-manche, où le mouvement « raw » (cru en anglais) compte une petite armada de joyeux adeptes (qu’ils soient 100% crudivores ou essaient simplement d’augmenter la part d’aliments crus dans leurs repas quotidiens)?

Mais avant de continuer, soyons un peu plus précis, pour ne pas se perdre et assimiler malencontreusement le « raw food » à une énième mode alimentaire, destinée, comme beaucoup d’autres, à générer quelques best-sellers diététiques, qui quitteront les étagères des librairies dès la prochaine découverte des bienfaits miraculeux d’une mono-diète de petits pois.

Le mouvement raw n’est pas né de la dernière pluie et déjà dans les années 1830, Sylvester Graham, nutritionniste et hygiéniste américain recommandait une cure de nourriture crue pour combattre la vague de choléra qui menaçait le pays. Plus tard, à la fin du 19ème siècle, le médecin suisse Maximilian Bircher-Benner, inventeur du muesli (et on lui dit merci!) s’intéresse lui aussi aux bienfaits du cru après avoir guéri des patients de leur jaunisse avec des cures de fruits.

Au fil des recherches, les scientifiques ont déterminé que les aliments sont considérés comme « crus » s’ils ne sont pas cuits ou chauffés au delà de 42 degrés,température au delà de laquelle les nutriments s’abimeraient et perdraient en qualité.  En effet, manger cru assurerait la conservation de l’intégralité des vitamines et minéraux contenus dans les aliments, dont les molécules sont souvent cassées à trop haute température ou bien se perdent dans les eaux de cuisson (d’où l’idée de bien garder l’eau de cuisson de vos légumes en hiver pour les transformer ensuite en soupes et bouillons, et ne pas verser tous ces petits nutriments dans l’évier). L’idée est également de manger de la nourriture la moins transformée possible (on boudera donc au maximum tout ce qui est industriel).

On utilise parfois aussi l’expression « alimentation vivante », puisque, lorsqu’ils sont crus, les aliments contiennent des enzymes naturelles contribuant à une bonne digestion et à un meilleur métabolisme.

Concrètement, que nous promet donc le « raw foodism »?

– Une régulation du poids, grâce aux enzymes naturellement contenues dans les aliments (lipases et protéases)

– Un système immunitaire renforcé par des nutriments et enzymes non altérés

– Une meilleure digestion, facilitée par les fibres et encore une fois ces fameuses enzymes

– Un terrain plus alcalin et moins acide (merci les fruits et légumes) qui permettrait de réduire les inflammations, propices aux développement de cellules cancéreuses

– Une baisse d’intensité de désagréments tels que les allergies, l’asthme, le diabète etc.

Plus d’énergie et il paraîtrait même que la peau est les cheveux n’en seraient que plus beaux!

En résumé, les bienfaits de ce régime alimentaire seraient indénombrables : fibres, vitamines, minéraux, antioxydants et bon gras dans leur forme la moins transformée et facilement assimilable par notre système digestif.

Mais alors on mange quoi exactement ? Des fruits, des légumes, des graines, des noix etc. Alors, oui… tout de suite on se dit que ça doit être compliqué, long à préparer ou pire, ennuyeux à mourir, et on visualise une éternité de frustration pour nos papilles!

Bien au contraire, la cuisine crue est finalement très facile, pleine de saveurs et très…très créative! L’équipe du Happy Body Network a même pris un cours de cuisine avec Lia Aquila (http://www.liaaquila.com/raw-food.html), chef « cru » Londres, où nous avons appris à réaliser de nombreuses préparations crues: salades, smoothies, sauces (ketchup « cru », sauces thai et italienne) et desserts. On a d’ailleurs été bluffés par sa mayonnaise « raw » à base de noix de cajou mixées, citron et aromates. Un pur délice!

Ne vous inquiétez pas, le mouvement se développe aussi en France et de très nombreux cours et ateliers sont disponibles, autant pour les initiés que les bleus (Super Naturelle http://www.super-naturelle.com/ –  Dany Culaud http://www.danyculaud.fr/particuliers/ateliers-a-la-journee-soiree-ou-we).

Il y a même de formidables adresses « crues » à Paris, pour ceux qui ont encore besoin d’être convaincus et on vous recommande tout particulièrement 42 degrès(http://42degres.com/) pour son inventivité folle.

 Et surtout, surtout, pour bénéficier des bienfaits du cru, nul besoin de se transformer en crudivore acharné, mais on peut augmenter la part de cru dans nos assiettes ou le nombre de repas crus par jour.

Pour cela, quelques astuces:

Toujours avoir des fruits et légumes à la maison: on les voit donc on les veut !

– Se faire de belles salades repas colorées (le visuel change tout et quelques fraises coupées, noix de cajou et graines fraîches donnent tout de suite une touche esthétique et gustative en plus et on vous propose même une recette ci-dessous )

– Devenir meilleur ami avec son blender et se lancer dans les smoothies, soupes froides, crèmes et sauces crues

Faire tremper ses noix (amandes, noix de cajou etc), vous pourrez ensuite les passer au mixeur et réaliser des préparations délicieuses et onctueuses en remplaçant les produits laitiers

– Utilisez les dattes pour sucrer vos préparations

– Soyez créatifs et osez tout: une vinaigrette mangue/framboise faite maison? Un houmous pois-chiche/betterave/citron?

Et si vous avez besoin d’inspiration, on vous conseille le site de  Kristina Fullyraw, l’impératrice du « raw » aux Etats Unis, qui mène de front une coop’ bio, une entreprise de conseil en nutrition et des profils multicolores et alléchants sur de nombreux réseaux sociaux. Elle propose de très nombreuses recettes de desserts crus, preuve rassurante et enthousiasmante que vous n’aurez jamais à choisir entre le « raw » et la gourmandise.

On se lance?

Idée recette : Happy Sunny Raw Salad Bowl :

11349965_904135892982336_40081924_n

Pour deux :

  • 3 à 4 grandes poignées de mesclun (on vous recommande les pousses d’épinard, les feuilles de moutarde et la roquette pour le mariage du tendre et de l’acidulé)
  • 250g de fraises
  • 250g de tomates cerise
  • 1 avocat bien mur
  • 2 poignées de graines de tournesol
  • Pour l’assaisonnement :
  • 2 cuillères à soupe de vinaigre de cidre (très alcalinisant)
  • 1 citron pressé
  • ¼ de mangue bien mure
  • De la coriandre ou de la menthe fraiche selon votre goût
  • Du piment d’Espelette
  • Sel

D’une simplicité folle ! Ecrasez la mangue jusqu’à obtenir une purée, puis mélangez tous les ingrédients de la vinaigrette dans un verre (on vous laisse doser le piment et le sel selon vos goûts). Laissez le tout reposer pendant que vous disposez votre salade lavée dans le saladier, avant de la décorer de vos fraises coupées en deux, vos tomates cerises coupées en quatre et de votre avocat coupé en dés. Saupoudrez ensuite vos graines de tournesol. Il ne vous reste plus qu’à verser l’assaisonnement et à vous trouver un petit coin de soleil pour déguster votre bol de fraicheur cru et plein de vitamines !

Joyeusement votre,

Merci à The Happy Body Network

 Le Blog      La page Facebook

Image1

Sources:

Vegan Fusion

Purelyraw

Raw Foodism

Bradsraw

RawfoodLife

La vie est une expérience, BLISS  YOU.

 

 

 

 

 

 

 

 

bliss you médecine douce

Un Indien planqué au Japon : Indian Maki et Chutney Concombre Ananas

Un délice de recette, parfait mix entre exotisme, fraîheur et healthy ! Qui dit mieux ?

INDIAN MAKI ET SON CHUTNEY ANANAS CONCOMBRE

C’est avec un immense plaisir créatif, que je participe à cet événement haut en couleur qu’est la Bataille Food. ! Voyage en Bollyfood ! Epices et fraîcheur ! choisi par le parrain de cette édition Dorian, du blog http://doriannn.blogspot.fr/, lui même nommé par ‘Adeline du blog Cock’n Blog.

La Bataille Food est un défi culinaire créé par Jenna du blog http://www.bistrodejenna.com/, réunissant blogueurs et non-blogueurs. Chaque mois une marraine (ou parrain) est désigné, ce dernier, ou cette dernière, doit choisir un thème pour le mois suivant. Ce défi se produit chaque 1er Mercredi du mois à 18h. Chacun poste alors sa recette sur son blog et/ou sur sa page Facebook.

Fervente promotrice du savoir se faire plaisir en mangeant sain, je vous propose aujourd’hui ma version personnelle des Indian Maki, et de son chutney Concombre Ananas.

Taboulé Indien en planque au Japon !

Voir l’original 919 mots de plus

bliss you médecine douce

15 shades of ….fruits et légumes de saison, pour rester sexy, healthy toute l’année, tout en les consommant avec intelligence

Pourquoi manger des fruits et légumes de saison et locaux est meilleur pour vous et pour la planète ?

Avoir une alimentation saine et respecter l’environnement sont totalement liés. Les fruits et légumes de saison cumulent de nombreux atouts dont voici les principaux :0000000552

• Ils ont plus de goût : les fruits et légumes qui arrivent à maturité au soleil développent des saveurs que ceux mûrissant pendant le transport ne peuvent avoir. Vous avez tous le souvenir de tomates en hiver ayant le goût de l’eau…Donc plus ils viennent d’un pays lointain, plus ils sont cueillis trop tôt et n’auront pas de goût, et bien sûr plus ils consommeront du carburant.

• Ils répondent au bon moment à nos besoins nutritionnels :
 la nature est bien faite et nous offre tout ce dont nous avons besoin au bon moment ! En hiver, avec le froid et le manque de soleil, notre corps réclame plus de nutriments et notre système immunitaire a besoin d’un petit coup de fouet : tant mieux, c’est la saison des légumes riches en minéraux et des agrumes pleins de vitamine C. En été, avec la chaleur, notre organisme dépense moins de calories mais demande plus d’eau : tous les fruits et légumes de la saison en sont gorgés : melon, salade, tomate, courgette, fruits rouges, etc. !

• Ils sont plus riches en antioxydants :
 les antioxydants sont des molécules qui protègent les cellules de notre corps des agressions qu’elles subissent tous les jours (pollution, tabagisme, UV, etc.), et permettent donc de prévenir l’apparition de certaines maladies et de rester jeune plus longtemps. Les végétaux en produisent comme mécanisme de défense essentiellement lorsqu’ils sont exposés au soleil et aux agressions externes et qu’ils doivent se défendre seul, sans pesticide. Raison pour laquelle les fruits et légumes bio contiennent un peu plus d’antioxydants que les autres. Une remarque : la peau est très riche en antioxydants et autres vitamines et fibres, alors protégez-la au maximum.

• IIs sont moins traités : 
hors saison, un fruit ou un légume viendra soit d’une récolte sous serre, où il a été aspergé de pesticides pour l’aider à pousser et pour compenser le manque de soleil et de nutriments dans le sol ; soit d’un pays lointain où les produits phytosanitaires ne sont pas forcément aussi réglementés qu’en Europe. Et ces pesticides sont de plus en plus montrés du doigt sur de nombreux cas de cancers, d’infertilité et autres maladies modernes, et se retrouvent également dans les nappes phréatiques et ont un impact sur toute l’écologie locale.

• Ils sont moins chers :
 les produits de saison et locaux demandent bien sûr moins de transports et pas de taxe d’importation, ce qui se répercute sur le prix.

En résumé, moins de pesticides, moins de carburant utilisé…Que du bon pour l’environnement et pour vous ! Donc fuyez les fruits et légumes en supermarché ou dans des primeurs ayant une grande part de produits hors saison, et peut-être à bientôt dans votre cuisine.

Voici un calendrier des fruits et légumes de saison par mois : http://www.fruits-legumes.org/

Pour tester les fruits et légumes de saison, on a testé et on recommande le campanier. http://lecampanier.com/Accueil.aspx

Sources : le petit producteur.com

Crédit photo : Pinterest, The Kitchn

La vie est une expérience, BLISS YOU.

 

bliss you médecine douce

Attaquer Pâques en toute sérénité !

Pâques, la grande orgie de chocolat annuelle, jour béni où tout est permis. Ah, c’est bien connu, le chocolat est bon contre le stress, aide à contrôler les émotions… Mouais, c’est surtout le plaisir sucré numéro 1. Alors, que du bon? Petit récapitulatif pour attaquer Pâques en toute sérénité…

Une fève qui en a sous la cabosse

Le cacao est considéré comme l’un des plus puissants antioxydants au monde. Il bat à plates coutures le vin rouge, le thé vert, les baies d’Açai, et même les baies de Gojies (c’est dire!). On trouve 564 mg de flavonoïdes dans quelques carrés de chocolat cru contre à peine 163 mg par verre de vin rouge. Le cacao contient aussi de la théobromine, un composé chimique qui a une action positive sur l’humeur, voire même légèrement euphorisante… Le délicieux cacao peut aussi se targuer de renfermer de l’anandamine, une substance qui influence le contrôle des émotions et donne un certain sentiment de plénitude. Enfin, mention spéciale pour sa richesse en magnésium, dont les Français sont si souvent carencés. 20g de cacao apportent 25% des AJR en magnésium et 20% des AJR en fer pour une femme. Elle est pas belle la vie?

Retour de bâton

C’est bien beau tout ça, mais le chocolat dont on raffole est, lui, un peu moins bon élève. En effet, le processus de torréfaction fait disparaître ses nutriments en très grande partie. Par exemple, le pouvoir antioxydant du cacao torréfié est 7 fois moins puissant que celui du cacao cru. Dommage. On dit aussi que plus le chocolat est raffiné, dilué avec d’autres éléments, comme le lait et le sucre, et plus il perdrait ses propriétés. Résultat des courses, il reste quelques antioxydants dans une tablette de chocolat noir classique, mais bien moins que dans une tablette de chocolat cru. La théobromine a des bienfaits, mais c’est une molécule identique à celle de la caféine, donc elle a (aussi) des effets excitants et coupe la digestion.
Et dernier point: le chocolat classique non bio contient souvent de l’huile de palme et non du beurre de cacao…

Pâques, mode d’emploi 

Le top du top, c’est d’opter pour du chocolat cru (qu’on trouve de plus en plus en magasin bio). Il contient tous les bienfaits du cacao, avec un goût intense, subtil, qui se rapproche du chocolat classique haut de gamme. Un régal. Sinon, les fèves de cacao cru sont parfaites pour combler un petit creux dans la journée. On les trouve en magasin bio, mais attention, leur légère amertume les réserve aux puristes. Enfin, comme on le sait, plus le taux de cacao est élevé, mieux c’est… alors optez pour le chocolat noir +70%. Aux amandes, aux noisettes, aux raisins secs, au piment d’Espelette, aux graines de café, aux fleurs…

Nos trois recettes pour ce week-end : des roses des sables, un smoothie banane-cacao-avocat et des cookies vegan aux noisettes !

ROSES DES SABLES

Roses-des-sables-maison-1000x410

Temps
Préparation: 15 mn
Cuisson: 30 mn
Repos: 20 mn

Ingrédients (pour 15 roses des sables)
– 200 g de flocons d’avoine
– 80 g de poudre de cacao maigre
– 6 CS de sirop d’érable
– 5 CS d’huile de coco
– 2 CS de purée de noisettes
– 1 grosse pincée de sel

Préparation
– Faire fondre 1 CS d’huile de coco dans une casserole à feu très doux.
– Dans un saladier, mélanger les flocons d’avoine avec l’huile de coco fondue et 1 CS de sirop d’érable. Les flocons d’avoine doivent être bien enrobés.
– Placer les flocons d’avoine dans un moule à gâteau et les faire cuire 30 mn au four, à 180°C, en mélangeant toutes les 10 mn pour qu’ils dorent uniformément. Pendant ce temps, on prépare le chocolat.
– Dans une casserole, à feu très doux, faire chauffer pendant 2-3 mn les 4 CS d’huile de coco restantes, les 5 CS de sirop d’érable restantes, le sel, la poudre de cacao et la purée de noisettes. Mélanger pour obtenir un chocolat bien lisse.
– Sortir les flocons d’avoine du four et les mélanger avec le chocolat dans un saladier.
– Sur une plaque recouverte de papier sulfurisé, former des petites roses des sables (compter 1 grosse CS pour 1 rose des sables).
– Placer 20 mn au congélateur.
– Maintenant on déguste!

SMOOTHIE BANANE – CACAO – AVOCAT

Smoothie-banane-cacao-avocat-1000x410

Temps de préparation
10 mn

Ingrédients (pour 2 grands verres)
– 2 bananes bien mûres
– 1 avocat
– 1 CS bombée de poudre de cacao maigre
– 4 CS de sirop d’agave
– 100 ml de lait d’amandes
– 4 glaçons

Préparation
C’est pas compliqué! On enlève la peau des bananes, celle de l’avocat, et on mixe le tout jusqu’à obtenir un smoothie bien crémeux. Réajuster si besoin les doses de sirop d’agave et de lait d’amandes, pour un résultat plus ou moins sucré et liquide.

Astuce
Saupoudrer avec quelques graines et fruits secs pour un parfait petit-déjeuner, délicieux et nourrissant.

COOKIES CACAO NOISETTES VEGAN

Cookies-aux-noisettes-vegan1-1000x410

Temps
Préparation: 30 mn
Cuisson: 20 mn

Ingrédients (pour 15 cookies)
– 100 g de farine de riz complet
– 15 g de fécule de pomme de terre
– 50 ml de sirop d’érable
– 60 ml de lait végétal (soja, amande, noisette…)
– 2 CS d’huile de coco
– 2 CS de purée de noisettes
– 2 CS de graines de Chia
– 2 CS de poudre de cacao maigre
– 1 pincée de sel
– 1/2 sachet de levure sans gluten

Préparation
– Préchauffer le four à 180°C.
– Dans un saladier, mélanger la farine, la fécule, la levure, la poudre de cacao, les graines de Chia et le sel.
– Faire fondre l’huile de coco et l’ajouter au mélange sec, ainsi que le lait végétal, le sirop d’érable et la purée de noisettes. Bien mélanger jusqu’à obtenir une belle boule de pâte.
– Étaler la pâte à l’aide d’un rouleau à pâtisserie sur du papier sulfurisé légèrement fariné. L’idéal est d’avoir une pâte de 3 à 5 mm d’épaisseur.
– Découper les sablés avec un emporte-pièce et les déposer sur une plaque recouverte de papier sulfurisé.
– Enfourner 20 min à 180°C et c’est prêt!

Bonne chasse !

Sources  et crédits photo : la minute papillon

La vie est une expérience, BLISS YOU.