Articles

bliss you médecine douce

Nouvelle Lune du 28/01, et si on aimait différemment ?

INSPIRATION NOUVELLE LUNE 28/01, ET SI ON AIMAIT DIFFÉREMMENT ? Par Sophie Keller

Pour ceux qui attendent avec impatience un renouvellement des énergies en présence, cette nouvelle lune ouvre le feu. Non seulement elle a lieu dans le signe du Verseau qui est celui du changement par excellence mais elle ouvre de surcroît, selon la tradition chinoise, le nouvel an. Placé cette année sous le signe du coq de feu, il augure de défis importants à relever qui nécessitent de se donner les moyens de son ambition.


Avec les énergies Verseau, il est toujours question de son rapport au monde. A l’opposé du signe du Lion qui a tendance à le voir à travers son ego tout puissant, le Verseau ne se réalise qu’en s’évertuant à le rendre meilleur, à travers le feu de l’esprit.


Alors que notre système sociétal actuel nous oblige à donner la meilleure image de nous, et à cultiver l’illusion d’un pouvoir personnel, gage de réussites certaines, il semblerait que nos plus grandes souffrances proviennent d’un mental assujetti à notre champ de vision narcissique, qui résiste à passer à un autre niveau de conscience pourtant salutaire.


Il devrait être favorisé par l’influence d’Uranus, le maître du Verseau, très forte au cours du premier semestre. En lutte contre les conservatismes, il obligera à s’élever et à transformer nos systèmes, tant sur le plan personnel que collectif, devenus obsolètes.


La rétrogradation de Vénus effective en mars et avril, en nous poussant dans nos retranchements, est évocatrice du changement de paradigme à l’œuvre (si l’on prend en compte la boucle de rétrogradation, la période peut être étendue du 30 janvier au 18 mai).


Avec Vénus, il est question de réévaluer sa façon d’aimer, et à travers elle l’estime de soi. Si les questions affectives ont de fortes chances d’occuper le devant de la scène, il peut aussi s’agir de questions financières et de tout ce qui procure du plaisir et de la gratification. Il s’agit pendant cette période de remettre en cause ce qui fait office de faux-semblants au royaume de l’apparence. Sur un plan symbolique, c’est toute la question de notre système de valeurs qui est à repenser… Et il se pourrait bien qu’il occupe une place de choix pendant la période de la campagne présidentielle française, qui coïncidence exactement avec les pérégrinations de Vénus.


La clé de cette période pourrait bien être pour une fois d’arrêter de ne penser qu’à soi.


Et essayer d’aimer différemment. Vraiment.

Sophie Keller

Réservez avec Sophie sur blissyou.fr

bouton de prise de rendez-vous bliss you

Myriam Zlotnik, naturopathe et sophrologue

Diplômée en Naturopathie et Sophrologie, je propose un accompagnement santé personnalisé basé sur ces deux disciplines complémentaires et sur ma propre expérience de la vie.

1/ Qui es-tu ? quel est ton parcours ?

Il y a quelques années, j’ai pris conscience que j’étais continuellement dans le faire plutôt que dans l’être : j’ai alors découvert la puissance des techniques psycho-corporelles comme la Sophrologie pour se libérer de nos conditionnements et fausses croyances afin de vivre pleinement.

J’ai retrouvé mon chemin et mes réponses dans le Ressenti, après une reconversion professionnelle.

C’est cette expérience que je veux aujourd’hui rendre accessible au plus grand nombre.

 

2/ Quelle est l’approche de ton métier en quelques mots, selon toi ?

La Naturopathie vise à préserver et à optimiser la santé globale de l’individu par une alimentation et une hygiène de vie adaptées, permettant ainsi à l’organisme de s’auto-régénérer par des moyens naturels.

La naturopathie est en effet basée sur le principe de la force vitale selon lequel le corps a la capacité de se soigner lui-même.

 

Quant à la Sophrologie, elle permet d’apprendre à être à l’écoute de son corps : grâce à des exercices simples de concentration et de respiration, on entre en relation avec son corps, on en perçoit les tensions et on peut les réduire en instaurant la détente.

La sophrologie, c’est l’apprentissage d’un esprit en harmonie avec un corps en équilibre.

 

3/ Quels sont les principes fondamentaux de ton métier ?

Un naturopathe est un « Educateur de Santé » : le fait de « comprendre pourquoi » permet d’avoir et de garder la motivation d’un changement d’hygiène de vie.

Pratiquer la naturopathie c’est prendre conscience de tout ce qui nous entoure et ne pas traiter que le symptôme mais trouver la cause, de la cause, de la cause…

Le naturopathe est à l’écoute et prend en compte la personne dans sa globalité :

– c’est une approche de l’humain dans sa globalité, il n’y a pas de séparation entre les différents  plans: physique, vital, émotionnel et spirituel ;

– c’est une philosophie qui considère l’énergie vitale essentielle dont il faut prendre soin pour éviter que ce potentiel s’épuise peu à peu avec l’âge, mais aussi avec une mauvaise hygiène de vie.

– c’est une science qui étudie les humeurs (sang, lymphe…) : la circulation de ces liquides doit être optimum pour maintenir la santé.

– et enfin, pas de santé possible sans une bonne hygiène alimentaire, corporelle avec un contact systématique avec les éléments naturels : air, terre, soleil, nature….

 

La sophrologie repose d’abord sur le schéma corporel : c’est une notion complexe qui recouvre la représentation mentale du corps, son « dessin », les sensations … Il permet la conscience de soi pour habiter le corps en bonne santé et conquérir l’harmonie physique et mentale, grâce à la répétition de la prise de conscience corporelle.

Les stimulations corporelles de la relaxation dynamique permettent ainsi une liaison plus fine entre les sensations, la perception et la motricité. Il ne s’agit pas tant de se représenter notre corps que de le sentir –ressentir- de le vivre tel qu’il est réellement.

Cette action positive dirigée vers notre corps ou vers notre mental à une répercussion positive sur notre être tout entier : l’activation répétée en sophrologie provoque un conditionnement positif sur toute la personne.

En développant la réalité objective on peut vivre davantage dans la situation présente, là où nous nous trouvons, et s’adapter ainsi de façon plus adéquate aux différentes situations et mieux satisfaire l’expression de nos propres besoins.

Enfin, le schéma existentiel réunit les deux dimensions neuro-physiologique et psycho-affective, base de la conscience humaine pour la sophrologie.

Il s’agit de vivre dans notre conscience une réalité liée à nos valeurs personnelles et profondes. Il ne s’agit pas seulement de « faire de la sophrologie » mais davantage d’utiliser les entraînements comme tremplin pour notre quotidien et construire un projet à vivre. La pratique – à travers les relaxations dynamiques et les techniques spécifiques – n’est que le moyen visant une projection vers une existence plus harmonieuse.

 

4/ Comment se déroule la 1ère séance ?

La première consultation en naturopathie dure de 1h30 à 2h et vise à dresser le profil de santé afin de personnaliser aux mieux les conseils et le suivi (séances plus courtes). Elle se décompose en trois temps.

Au cours de la première partie, je pratique la morphopsychologie qui me servira à déterminer les tempéraments naturopathique et hippocratique du consultant.

La deuxième partie est consacré l’anamnèse qui retrace les antécédents médicaux que l’on appelle aussi l’histoire des maladies ou historique de santé.

Je finis par le bilan nutritionnel et diététique et d ‘hygiène vie globale.

 

En sophrologie, la séance dure 1h, elle commence par un échange sur les attentes et les problématiques du consultant.

J’enchaine sur les exercices de respiration, de relâchements musculaires et de visualisations positives.

En fin de séance, j’échange avec le consultant sur cette expérience et son ressenti.

 

Un véritable art de vivre que je transmets, le but étant de rendre autonome la personne que cela soit en naturopathie ou en sophrologie.

 

5/ A qui s’adresse ta pratique ?

Les champs d’application de la naturopathie et de la sophrologie sont très variés :

 

En naturopathie, on accompagne ceux qui souhaitent prendre en main leur santé globale grâce à des moyens naturels mais aussi ceux qui souffrent de symptômes, par exemple : fatigue, stress, douleurs et maux de tête chroniques, problème de poids, de peau, de digestion, de fertilité, allergies ; mais aussi en soutien nutritionnel des maladies auto-immunes.

 

Le domaine de prédilection de la sophrologie est la prévention et la gestion du stress, de l’anxiété, de l’angoisse et du sommeil.

La sophrologie permet de gérer et réduire les souffrances émotionnelles et psychologiques, elle permet aussi d’augmenter la résistance aux tensions (trac, émotivité) et développe la confiance en soi et l’affirmation de soi.

Elle permet la préparation mentale : pour des examens, des événements professionnel ou sportifs, une intervention médicale, une grossesse, …

La sophrologie permet d’améliorer la qualité du sommeil, l’endormissement, la récupération.

La sophrologie aide à gérer les phobies de toute sorte, la douleur en générale.

Elle accompagne ceux qui souhaitent arrêter de fumer et ceux qui souffrent de troubles alimentaires ou ceux qui souhaitent perdre du poids.

 

6/ A quel type de problématique es-tu le plus fréquemment confronté ?

J’accompagne beaucoup de personnes voulant perdre du poids : la solution est un réglage alimentaire sain couplé à une hygiène de vie permettant d’obtenir des résultats durables. Ainsi on apprend à manger sans frustration, à gérer ses écarts, tout en restant à l’écoute de son corps et de son mental.

C’est indispensable pour préserver sa santé et ses formes pour une silhouette harmonieuse !

 

J’établie également des cures de 3 à 6 mois alliant la naturopathie, la sophrologie et la cryothérapie, minceur par le froid par zone : la méthode développée est efficace pour tous types de cellulite. La graisse sous-cutanée sur la zone ciblée fond littéralement (de -1 à -4cm dès la 1ère séance) et la zone est raffermit en prime !

Un programme minceur durable, c’est donc une hygiène de vie dans le plaisir et la globalité du corps et de l’esprit. Retrouver son poids de forme en santé, s’accepter afin d’en finir avec le yoyo et garder sa vitalité en prime !

 

Associée à un réglage alimentaire, la sophrologie peut favoriser la perte de poids.

En effet, la prise de poids est généralement liée à un mal-être qui vous fait manger compulsivement même si vous n’avez plus faim.

La sophrologie permet d’identifier les facteurs qui ont favorisé cette prise de poids, de mieux connaître son corps, de se détourner de la « junk food » et des aliments rassurants, de stopper les fringales, d’être « rassasié » plus vite et de renforcer ses motivations.

A travers des exercices de visualisation, on apprend à apprécier les aliments : ainsi, le cerveau recevra plus rapidement le sentiment de satiété.

En luttant contre le stress et en apprenant à contrôler ses émotions, la sophrologie aide à gérer les excès de gourmandise et les comportements compulsifs liés au stress.

 

7/ Quel est ton crédo/ta philosophie dans la vie

Soyez à l’écoute de vous-même pour être en accord avec vous-même et trouver votre équilibre santé-plaisir.

 

Myriam est praticienne BLISS YOU, n’hésitez pas à faire une séance avec elle ! 

bouton de prise de rendez-vous

bliss you médecine douce

Le jeûne, outil miraculeux de purification

Le jeûne est un sujet qui est très à la mode actuellement. Mais si d’un premier abord cela nous paraît signifier tout simplement « ne pas manger », en réalité savoir jeûner est tout un art, voire une science. 

Par Maitri Baraz, propos recueillis par Armanda Dos Santos

 


Pourquoi jeûner ?

L’Ayurveda nous donne la cause de toutes les maladies et dérégulations du corps physique : c’est l’accumulation de ama  (les déchets alimentaires non digérés et toxiques) dans le corps. C’est pourquoi l’endroit central où pointe constamment l’Ayurveda est l’estomac et notre force digestive, car c’est le facteur déterminant l’ensemble de notre santé physique et mentale. La force de agni (feu digestif) est également liée à notre capacité de digestion émotionnelle. Si le feu subtil est faible, les toxines émotionnelles contaminent le corps énergétique et ses canaux srotas de la même manière que ama pour le corps physique.

Le fait de jeûner permet de mettre le système digestif au repos et de donner la place aux processus d’autoguérison et d’autopurification internes qui s’enclenchent naturellement une fois que nous arrêtons de charger le corps avec la nourriture.

Nous nous préoccupons la plupart du temps de savoir comment obtenir le maximum (de la nourriture et de la vie en général), mais bien souvent le problème repose dans le fait que pour tout ce que nous obtenons, nous ne nous donnons pas suffisamment de temps ou de moyens de l’intégrer. C’est aussi vrai pour la nourriture que pour les expériences de la vie.

 

Les objectifs du jeûne

 

  1. Purification et Rajeunissement

Ayurveda dit qu’une maladie, c’est l’envie du corps de chasser les toxines. Pourquoi attendre que le corps le réclame ? Quand notre système n’est pas occupé à digérer, il commence tout de suite à éliminer les toxicités. Le fait que « l’ancienne peau » parte stimule la production de nouvelles cellules et rajeunit tout l’organisme.

  1. Guérison

Il est maintenant prouvé que plusieurs maladies, d’un simple rhume ou diarrhée jusqu’au cancer, peuvent être guéries par le jeûne. Mais c’est un processus qui sera très individuel pour chacun. Il est fortement conseillé de s’adresser à un spécialiste, surtout si vous n’avez pas jamais expérimenté le jeûne précédemment.

  1. Recherches spirituelles, austérité

Un jeûne hebdomadaire ou effectué lors de fêtes spirituelles, comme par exemple Shivaratri (la nuit de Shiva) ou Navaratri (9 jours de la Mère Divine) dans la tradition védique, est considéré comme une offrande au Divin. Pour un chercheur spirituel, le jeûne est un moment particulier d’observation intérieure, de prière et de méditation approfondie.

Bonus énergétiques et karmiques

Le phénomène d’engagement pour une ascèse ou une austérité s’appelle en sanscrit tapas (à ne pas confondre avec les tapas espagnoles). Pendant le jeûne, nous préservons l’énergie qui est habituellement dépensée pour le plaisir de manger. Il ne s’agit pas de l’énergie du corps physique mais de l’énergie karmique. Par exemple, si sur le compte de notre richesse du destin il y a 1000E , nous dépensons tous les jours 1E pour avoir nos repas. Alors que si nous jeûnons, nous faisons l’économie de la monnaie karmique, dont le nom sanskrit est punya, et nous pouvons l’utiliser pour la réalisation de nos souhaits ou l’offrir à l’Univers. C’est pourquoi il est important de toujours donner un sens, une direction à votre pratique du jeûne. Vous pouvez jeûner pour aider une personne malade (en lui envoyant votre énergie), pour démarrer un projet, pour avancer dans la méditation, pour rencontrer un partenaire de vie ou toute autre chose.

 

“Je jeûne pour contrôler mon corps et mon mental. Il me donne la force et la détermination à atteindre l’objectif ” Mahatma Gandhi.

 

Jeûne : de l’héroïsme ou une routine ?
Inversement à ce qui est très à la mode en ce moment en Occident, les textes de Yoga (Hatha Yoga Pradipika) et d’Ayurveda (Ashtanga Hridaya Samhita) conseillent de pratiquer le jeûne régulièrement de 2 à 6 fois par mois avec seulement une journée, mais de ne pas faire de long jeûne sauf dans les cas de maladies graves et sous la supervision d’un spécialiste.

Un long jeûne (3, 7, 10 ou 21 jours) peut être parfait pour les personnes avec la dominance de Kapha, Kapha-Pitta ou même Pitta, alors qu’il sera naturellement déstabilisant pour les Pitta-Vata et Vata.

Du point de vue physique, un long jeûne isolé peut créer le stress dans les cellules et organes et au moment de la reprise de l’alimentation normale, le corps va avoir tendance à consommer plus que ce qu’il a besoin par la peur du manque.

Du point de vue psychique, un long jeûne qui n’est pas mené jusqu’à la fin peut engendrer une culpabilité.

Du point de vue spirituel, un long jeûne risque de faire grandir l’ego, de susciter la fierté, alors que le but de toutes les austérités est de développer l’humilité et la simplicité.

 

Quelques conseils généraux 

 

  1. Pour un jeûne classique d’une journée, vous arrêtez de manger dès le matin et reprenez le lendemain matin.
  1. Mangez léger et équilibré lors des repas précédant et suivant le jeûne.
  1. Choisissez un aliment et le manger cru (de préférence). Les personnes avec la dominance de Vata dosha ou toute personne lors la saison hivernale peuvent cuire légèrement cet aliment à la vapeur (mais attention sans huile, épices et autres ajouts). La forme de vos repas doit également rester la même : par exemple si vous jeûnez aux carottes crues, mangez-les toute la journée crues et entières et non pas le matin en smoothie, à midi en salade râpée et le soir en soupe.
  1. Vous n’êtes pas obligé de suivre des horaires des repas comme l’Ayurveda le conseille habituellement. Tout simplement, mangez l’aliment de votre choix à volonté quand vous en avez envie.
  1. Buvez de l’eau tiède ! Cela aide à éliminer les ama.
  1. Massez-vous : en mode automassage ou par quelqu’un mais dans tous les cas, avec beaucoup d’huile (en hiver, avec l’huile de sésame, et en été, avec le beurre de coco)! Comme le jeûne augmente fortement Vata dosha, le massage permet de contrecarrer cet effet, et en plus, il donne un réconfort émotionnel et mental.
  1. Ne faites pas d’autres nettoyages (lavement ou purge) pendant le jeûne.
  1. Créez des conditions confortables, organisez-vous de sorte de ne pas avoir trop d’activité physique et trop de discussions car les deux dépensent beaucoup notre énergie.
  1. Si vous avez des maux de tête le jour du jeûne, n’allez pas à la selle le lendemain car cela témoigne d’un fort déséquilibre de Vata dosha en vous. Arrêtez de jeûner et adressez-vous à un thérapeute ayurvedique pour régler avant tout ce déséquilibre.

 

Différents types de jeûne et mono-diètes

jeune fruits legumes mono diete yoga&vedas

 

Jeûne aux légumes qui poussent dans la terre : carotte, betterave.

L’énergie bouge vers la terre, restaure la santé hormonale, soigne la stérilité, élimine les toxines minéraux (calculs etc.), augmente l’ancrage et la confiance et soi.

Jeûne aux légumes qui poussent au-dessus de la terre : concombre, tzukini, asperge, chou, citrouille, butternut.

Refroidit, nourrit le système nerveux, redonne des forces en cas d’épuisement, apaise le mental, améliore la digestion, soigne les allergies (déconseillé en hiver).

Jeûne aux feuilles vertes : épinard, chou chinois, blette (comme base avec des petits ajouts des herbes aromatiques). Améliore la mémoire et la digestion, purifie, rajeunit et renforce les cellules, rétablit les rythmes (cardiaques, spasmes intestinaux).

Jeûne aux pastèques ou melons (jamais ensemble).

Régulation du fonctionnement du système lymphatique, refroidissement (à terminer avant 18h, déconseillé en hiver).

Jeûne aux fruits : abricots, bananes, dates, figues, oranges, pommes, prunes, raisins.

Augmente l’immunité, l’énergie bouge vers le haut, vers le ciel.

Jeûne aux baies acides : cranberries, groseilles, cerises, groseilles à maquereau, myrtilles.

Détoxifie, l’énergie bouge vers le bas, vers la terre, évacue l’excès des glucides et baisse l’acidité (déconseillé en hiver).

 

jeune eau sec mono diete yoga&vedas

 

Jeûne à « l’eau verte » : l’eau avec de la poudre de spiruline, chlorella, moringa, protéines de chanvre, son de riz, l’herbe de blé (en poudre séchée), makka, cacao cru, baobab, etc.

A boire autant que vous voulez (pas plus de 2 cuillères à soupe de poudre dans la journée). Très pratique si vous voyagez souvent. Rajeunit et purifie. Privilégiez l’eau chaude ou tiède pour garder le Vata dosha équilibré.

 

Jeûne à l’eau.

A boire autant que vous voulez.

Rajeunit et purifie. Privilégiez l’eau chaude ou tiède pour garder le Vata dosha équilibré.

 

Jeûne à sec

Très puissant mais recommandé seulement aux pratiquants spirituels. Si pendant le jeûne à sec, la personne ressent la faim, et trop dérangée par l’envie de manger il vaut mieux l’arrêter car ce type de jeûne peut créer des tentions psychiques et corporelles. Si ce jour, la personne est complètement absorbée dans la pratique et jeûne pour un but élevé, c’est-à-dire le détachement, la meilleure concentration sur le Divin (et non pas pour sa santé uniquement), le jeûne sera très bénéfique et rajeunissant!

 

Comment sortir du jeûne ?

Ayurveda recommande de sortir du jeûne par des produits sattviques qui sont généralement très digestes (le lait étant une exception) et portent l’énergie de douceur, d’équilibre et de joie. Si vous avez jeûné 1 journée, vous pouvez manger comme d’habitude (en évitant les produits carnés) dès le déjeuner du jour de la sortie du jeûne.

sortir jeune fruits sante yoga yoga&vedasDates

Abricots (frais ou secs)

Raisins (frais ou secs)

Figues (fraîches ou sèches)

Bananes

Prunes ou pruneaux

Oranges

Mangues

Pommes

Pèches

Miel

Concombres

 

Il est déconseillé après un jeûne de consommer des produits contenant des composants artificiels (conservateurs, préservateurs, colorants) comme des jus en brique (même si l’affirmation « 100% naturel » vous séduit), des confitures, des gâteaux tout faits, globalement tout ce que vous n’avez pas cuisiné vous même ! Nourrissez-vous de prana et de nourriture pranique, surtout après une purification !

 

Le jeûne est un excellent outil de purification et aussi un moment, un territoire où nous pouvons prendre le temps d’apprécier des choses simples et apprécier également ce que dans le quotidien nous oublions complètement d’apprécier. Jeûnez et développez votre sensibilité, renforcez votre santé et améliorez votre destin, tout cela nous appartient !

POUR FAIRE UNE CURE DE JEÛNE, BLISS YOU et AYURVEDA MAGAZINE en organisent tous les mois,

sur un weekend de 3 jours : jeûne, yoga, méditation, randonnées, conférences.

Toutes les infos ici : https://www.facebook.com/events/112010882598686/

Réservez votre place ici (limité à 10 personnes) : https://www.weezevent.com/cure-3-jours-jeune-detox

 

bliss you médecine douce

Rentrée 2016, objectif mention tout va très bien !

CHRONIQUES D’UNE ASTROLOGUE  PAS COMME LES AUTRES :

faire de sa vie sa destinée  !

bliss you médecine douce

Rentrée 2016, objectif mention tout va très bien !

 

C’est la rentrée des bonnes résolutions. L’été a certainement permis les prises de conscience nécessaires au chaos ambiant qui a caractérisé le premier semestre 2016 et aussi le repos indispensable aux corps et cœurs éprouvés.

Pour beaucoup, il a notamment été question de revoir son implication dans les projets qui leur tiennent à cœur, la façon de les porter contre vents et marées, de revoir l’adéquation entre les objectifs et les moyens et la façon dont on aborde l’adversité.

Pour ceux qui ont eu la tendance naturelle de projeter les énergies rencontrées sur la relation affective, il a sûrement été question de tensions et de se confronter à une vérité que l’on cherchait jusqu’à présent à éviter.

C’est, enrichis de ses expériences, que nous rencontrons les énergies de cette rentrée : comment réorganiser sa vie pour être dans le juste, se recentrer pour pouvoir rencontrer l’Autre (avec un grand A) dans une relation équilibrée ? Avec sans doute beaucoup de réajustements en perspective comme l’évoque la rétrogradation de Mercure jusqu’au 23 septembre (avec son lot de contrariétés en tout genre pour nous inciter à régler ce qui doit l’être, à ranger, à trier), comme s’il s’agissait de faire le bilan de l’année passée et d’en tirer les enseignements.

Mais dès le 10 septembre, les choses sérieuses commencent (et pas seulement parce que c’est la date de Sisterhood !). Attendu comme le messie, Jupiter s’invite dans le signe de la Balance pour une période d’un an. Pas assez de superlatif pour décrire Jupiter le grand bienfaiteur du zodiaque, Zeus en personne. C’est une fois tous les 12 ans et la dernière fois c’était donc de l’automne 2004 à l’automne 2005. Une bonne façon de savoir si vous y êtes sensibles (sachant qu’un passage ne fait pas l’autre). Les privilégiés sont ceux ayant des points stratégiques de leur thème entre le 13ème degré et le 23ème degré de la Balance et des autres signes d’air (Verseau et Gémeaux) et des signes de feu (Lion et Sagittaire – L’influence positive de Jupiter sur le signe du Bélier pendant cette période est moins évidente). Pour les autres, vous êtes aussi concernés par le transit de Jupiter mais il convient d’étudier votre thème pour en connaître l’influence.

Avec Jupiter, il est toujours question d’un coup de pouce du destin, d’un coup de chance, d’un coup de maître. Une autre version de « aide-toi le ciel t’aidera ». A condition de ne pas verser dans la folie des grandeurs et de faire du grand n’importe quoi.

Après le défi depuis un an d’intégrer les énergies Vierge caractérisées par un certain perfectionnisme, le besoin de rationalité, l’esprit méthodique, le don de l’organisation, et un dévouement hors du commun, dans un contexte nécessitant toute la mobilisation des ressources en présence, vient le moment de s’ouvrir aux énergies Balances, celles de l’harmonie, de la relation, du beau et du juste, et avant tout de l’équilibre intérieur. Le moment d’être deux, qu’il s’agisse d’une association, d’une relation, d’un autre rapport au monde et de l’altérité.

Par ailleurs, avec la reprise en marche directe de Pluton le 27 septembre, des changements significatifs devraient avoir lieu pour ceux qui traversent des périodes de profonde remise en question et de grande transformation intérieure. Une étape importante dans le parcours initiatique que représentent toujours les transits plutoniens, les plus riches qui soient mais aussi les plus anxiogènes. Il est vraisemblable qu’à partir de cette date une situation inextricable trouve un dénouement. Symboliquement, c’est la fin d’un voyage dans les soubassements de notre inconscient et une étape importante franchie dans notre processus d’évolution qui exige authenticité et intransigeance et ne fait aucun cadeau au superfétatoire.

Une autre étape clé se situe fin Novembre. Avec la reprise directe de Neptune, ceux qui se sentaient confus et indécis devraient y voir plus clair. Il s’agit également d’avoir un autre rapport au monde, aux médias et à l’intérêt général. Sans doute il devrait y avoir des traductions sur le plan collectif et politique avec moins de confusion et de délitement et l’intégration de valeurs humanistes dans les modèles de gouvernance. Un moment où la sensation de perte de repère peut laisser place à un besoin d’engagement plus fort au sein du collectif, à d’autres formes de d’expression de fraternité et de sororité, à un voyage spirituel… C’est notre sensation d’appartenance au grand tout qui prend une nouvelle dimension.

Ainsi, d’ici la fin de l’année, vous devriez ressentir un changement de donne, un optimisme retrouvé, voir le ciel s’éclaircir et l’horizon se dégager.

Les changements de configuration céleste augurent toujours d’une nouvelle configuration sur le plan terrestre.

De la même façon que tout ce qui est en haut est en bas, tout ce qui en soi trouve écho dans sa vie.

En résumé, la bonne nouvelle de la rentrée c’est qu’il y a du mouvement et que tout mouvement est la promesse d’un bonheur à atteindre. A l’intérieur comme à l’extérieur.

Vous êtes prêts ?

 

Sophie Keller

bliss you médecine douce

boutou de prise de rendez-vous

bliss you médecine douce

 

 

 

 

 

 

 

Sport, Massage, Paris, Coach, Yoga, Happiness, BLISS YOU

Peggy Alamkan, Thérapeute Psychocorporelle-Shiatsu

Harmoniser le corps et l’esprit et retrouver sa juste place.

3 mots pour définir votre approche ?

Thérapie brève : les thérapies brèves sont  issues des travaux de l’école de Palo Alto. On considère que le changement peut être rapide et qu’il n’est pas toujours utile de travailler sur les causes « profondes » d’un problème pour en sortir durablement. Il ne sera donc pas forcément nécessaire de repasser en revue toute votre enfance pour résoudre un problème quelques séances, ou quelques mois de thérapie peuvent suffire. On se centre sur le présent et le futur (plutôt que sur le passé) et sur les solutions et le changement (plutôt que les causes et le problème).

Interactivité : Les séances sont toujours basées sur l’échange, vous ne vous sentirez jamais seul.

L’écoute, la prescription de tâches, les tests, l’humour, le paradoxe, le Shiatsu, sont mes principaux outils pour garder une bonne dynamique dans la progression vers l’objectif, toujours dans un principe de bienveillance et de respect.

Vous avez tout pour réussir : La psychologie positive est le fil d’Ariane de tous mes accompagnements. Pas de jugement, ou de diagnostic accablant, il s’agit pour moi de vous permettre de mettre en lumière vos forces, vos valeurs, de dépasser vos blocages, pour tendre vers la réalisation de vos ambitions profondes. Cette approche permet de respecter votre originalité et de mettre en valeur votre personnalité.

Quels sont les apports du Shiatsu dans la thérapie brève ?

Le Shiatsu apporte une relaxation extrêmement qualitative, car il s’adresse au corps dans toutes ses grandes fonctions : respiratoire, digestive, locomotrice et relationnel. C’est un massage qui utilise les points d’acupuncture, il est à la fois relaxant et revitalisant. Quand on est en période de questionnements on est souvent aux prises avec l’anxiété, le stress, qui peuvent se manifester par de l’insomnie, des problèmes digestifs, des douleurs. On peut se sentir envahi(e) par des inquiétudes parfois démesurées, des ruminations trop présentes qui freinent, découragent et empêchent l’aboutissement des ambitions même révélées. Le massage permet de se recentrer, de développer une bonne qualité d’écoute intérieure, de conscientiser les tensions et de réapprendre à lâcher prise.

Le massage est-il un accélérateur de thérapie ?

Le mot accélérateur est peut-être un peu inexact, parce qu’il faut aussi savoir prendre le temps pour atteindre des qualités parfois enfouies très profondément. Le mûrissement est une dimension fondamentale pendant et après la thérapie.  Je dirai plutôt qu’il permet d’éviter de prendre les chemins trop sinueux du mental et de renouer avec le corps, plus concret et qui permet de mieux intégrer des repères. Par le corps on peut reconquérir une souplesse de l’esprit, parvenir à prendre conscience de l’étendue de ses possibilités, restaurer la confiance et l’envie de rayonner.

Une des choses qui vous plaît particulièrement dans ce métier ?

Je réalise de plus en plus, grâce aux retours de mes patients, qu’apprendre à prendre soin de soi, investir dans son potentiel, s’orienter vers le bonheur, n’est pas un geste égoïste, bien au contraire. Il a pour effet de permettre à tous ceux qui nous entourent de s’autoriser à faire de même.

Pour finir ?

« Chaque jour, faites quelque chose qui vous rend heureux, jusqu’à ce que cela devienne une habitude ».

Sport, Massage, Paris, Coach, Yoga, Happiness, BLISS YOU

Peggy ALAMKAN est une Psychologue diplômée de l’Université de Toulouse 2004 d’un DESS Psychologie interculturelle et praticienne en Shiatsu, spécialisée en thérapie brève et en accompagnement bien-être.

Ses principaux thèmes de travail sont :

La Transition de vie : vie professionnelle et personnelle, reconversion, reprise d’études ou d’activité, transition familiale, physique (maladie, apparence), les questionnements sur le devenir.

– L’Education à la santé  ou la pédagogie du soin de soi : apprendre à se connaître et développer son potentiel physique, mental, émotionnel et relationnel.

 

 

Prenez RDV avec Peggy sur www.blissyou.fr

 

La vie est une expérience, BLISS YOU.

bliss expert 2

 

 

 

 

 

 

 

 

Sport, Massage, Paris, Coach, Yoga, Happiness, BLISS YOU

Réveillez votre gourou intérieur

Nous avons tous besoin de professeurs. Nous ne sortons pas du ventre maternel en comprenant directement les prépositions et participes passés, jonchant et parsemant les phrases. Certaines choses ne s’apprennent qu’avec des personnes plus sages que nous, et disposant d’une meilleure grammaire.

Qu’est-ce qu’un gourou ?

Un gourou, ou dissipateur de ténèbres, est une personne qui déchire le voile de la confusion et nous aide à voir la lumière de la vérité. Ces saintes personnes ont une existence unique qui nécessite un engagement exceptionnel.

Au 15ième siècle, Guru Nanak entreprit de prendre un bain et finit par rester immergé sous la surface de l’eau pendant trois jours pour trouver l’illumination. L’anecdote précise que sa respiration était si profonde et calme qu’il pouvait subvenir lui-même à ses besoins.

Je ne sais pas vous mais s’il m’était donné l’occasion de rencontrer cet homme et qu’il voulait me parler de la vie et de ses enseignements, je le croirais sur parole.

La connexion entre le gourou et l’étudiant fait partie de la tradition du yoga

Dans le monde du yoga, la relation entre le gourou et l’étudiant est empreinte d’une profonde signification. Des milliers d’années d’Histoire témoignent de l’importance de ce lien profond entre un professeur et son élève, mais la véritable manifestation physique du gourou peut prendre des formes multiples.

Même si votre gourou peut être un homme avec sa propre finitude, imparfait, son enseignement aura un impact extrêmement durable sur votre vie.

Dans notre communauté yogi occidentale, nombre d’entre nous adhèrent à l’idée de gourou et nous recherchons peut-être cette osmose. Beaucoup ont même cette relation avec une personne qu’ils connaissent dans la vie de tous les jours. On peut aussi partager ce lien avec quelqu’un que l’on n’a jamais rencontré mais avec lequel on ressent une affinité.

Les gourous sont aussi des hommes

Peu de Mahagurus ont posé les pieds sur cette planète. Ces grands gourous ont finalement réglé leur conscience de telle manière à ce qu’elle puisse faire le lien entre le monde spirituel et le monde tangible, où le reste d’entre nous se débat.

En tant qu’étudiant du yoga, cependant, il nous faut être capable de distinguer l’idéal ultime et la réalité. Le fait qu’une personne soit un gourou et fasse de grandes choses, cela ne veut pas dire qu’il ou elle n’a pas déconné dans le passé.

Souvenez-vous que la plupart des gourous sont en fait humains et peuvent avoir de nombreuses imperfections qui leur sont propres. Il nous faut également être ouverts à l’idée que parfois leur enseignement n’est pas ce que l’on s’imaginait.

Réveillez votre gourou intérieur

Bien que l’on puisse apprendre des autres, nous pouvons aussi apprendre beaucoup de nous-mêmes.

Nous ne voulons pas créer un mécanisme de dépendance, où nous ne ferions désormais plus confiance à notre intuition propre et où nous nous tournerions toujours vers les autres pour recevoir des conseils. Au contraire, il nous faut faire honneur au professeur qui se loge dans notre for intérieur.

Plus nous apaiserons notre esprit et arrêterons de nous focaliser sur ce qui ne dépend pas de nous, plus notre gourou intérieur parlera avec force. Toni Nagy

La plupart du temps, vous connaissez déjà les réponses aux questions que vous vous posez. Vous ne voulez juste pas les entendre, parce qu’elles vous montrent la voie la plus compliquée. Cependant, quand vous prenez le temps de suivre votre instinct sans le parasitage de l’influence extérieure, c’est à ce moment-là que vous commencez à croire en vous.

En fin de compte, la seule personne que vous pouvez vraiment connaître, c’est vous. Plus vous pourrez vous établir une symbiose avec votre gourou intérieur, plus vous serez en contrôle de votre propre vie.

Retrouvez tous nos praticiens sur www.blissyou.fr

Sport, Massage, Paris, Coach, Yoga, Happiness, BLISS YOU

La vie est une expérience, BLISS YOU.

unnamed (5)

Sport, Massage, Paris, Coach, Yoga, Happiness, BLISS YOU

Anick Rosas – psycho-praticienne et coach

Sport, Massage, Paris, Coach, Yoga, Happiness, BLISS YOU

Anick Rosas

Bonjour Anick, tu pratiques le coaching ?

Je préfère l’appeler le développement personnel, professionnel et scolaire. Un tout petit peu moins galvaudé. J’accompagne les clients à prendre les bonnes décisions, je les pousse à chercher en eux les ressources nécessaires pour avancer. Oser vivre ce qu’ils veulent vraiment vivre. Si vous prenez du plaisir à faire quelque chose, même une petite chose, c’est que vous êtes fait pour cela. Ainsi, je les  aide à concrétiser leurs  projets, à balayer leurs  blocages. Le « coaching » permet les changements. En changeant soi-même on permet ces changements d’advenir. On se transforme. Je m’attache à ce que le client devienne « créateur de sa propre vie », même si c’est un poncif.

Tu es à la fois coach et psychothérapeute. Quelle est la différence ?

La différence est ténue. Les deux pratiques en principe sont orientées vers une solution. Le coaching répondrait davantage à une difficulté, à un besoin de changement immédiat et identifié, la psychothérapie à une souffrance plus ancienne et confuse. Le premier s’intéresserait d’abord au « comment » et le second au « pourquoi ». Quelqu’un consulte pour une souffrance au travail? Si je l’accompagne en tant que coach, nous allons mettre en place une stratégie dans « l’ici et maintenant » : comment faire face à son boss ? Comment faire valoir ses compétences ? Comment se motiver tous les matins ? Je vais l’inviter à faire des exercices pratiques, par exemple, sous forme  de jeux de rôles. Je peux même le conseiller dans la rédaction de son CV ou la recherche d’un nouvel emploi. Comme un entraîneur sportif, je le challengerai sans cesse en lui rappelant ses qualités. C’est finalement de la thérapie comportementale.

Et si la personne te consulte pour une psychothérapie ?

Nous irons chercher dans son histoire, voire dans l’histoire de ses ancêtres, inévitablement, des blessures similaires. L’angle sera forcément plus analytique. En caricaturant : à quoi cette souffrance fait écho ? Quelle figure familiale se cache derrière votre boss ? Quelle analogie peut-on faire entre votre place dans l’entreprise et votre place dans votre fratrie ? C’est souvent une question de bon sens. Savoir placer le curseur au bon endroit. Un praticien ne peut pas prendre en charge de la même manière la personne qui vient pour une raison objective, comme un deuil, que celle qui décrit un malaise existentiel. Tout l’art du thérapeute est de ne pas mettre la charrue avant les bœufs : si le client « réclame » du coaching, ne pas anticiper, le bousculer, l’orienter vers le chemin où il ne veut pas (encore) aller, sa part d’ombre. Laisser le temps au temps. Souvent, d’ailleurs, de lui-même, il glissera vers un nœud plus intime, plus enfoui. Ses blessures non – dites transpireront. Là, je m’autorise alors à proposer (et non imposer) une psychothérapie. L’idéal est de jongler harmonieusement avec les deux pratiques et de bien fixer le cadre dès la première séance. La psy intégrative considère qu’une thérapie comportementale est compatible et même complémentaire avec une thérapie plus introspective.

Tu es une psy « intégrative », holistique en quelque sorte ?

Comme je dis souvent, être intégratif, c’est être créatif. Etre formé à plusieurs méthodes, oser faire des choix, imaginer une thérapie sur-mesure selon le profil de la personne, ses désirs, son éventuelle pathologie, nos intuitions à l’un et à l’autre. Et cela à chaque séance. Connaître un large éventail de courants permet de de combiner les outils dédiés, de les articuler, afin de créer avec le « patient » un protocole singulier, sur-mesure. Dans la reliance et la bienveillance. Etre intégratif, c’est aussi considérer le « patient » entièrement, dans toutes ses dimensions : sociale, politique, psychologique, spirituelle, corporelle et sexuelle.

Tu as aussi le titre de somato-thérapeute ?

Oui, ce titre veut dire simplement que j’intègre le corps dans le processus. J’ai effectivement une formation psychocorporelle. Le corps fait partie également de la thérapie. Il est indissociable de la pensée. J’encourage toujours le « patient » à ressentir ses émotions dans son corps, à poser son cerveau  pour prendre conscience de ses sensations. Il existe aussi des exercices très efficaces pour débloquer des blessures enkystées dans le corps. Savez-vous que la même histoire racontée en marchant dans mon cabinet n’aura pas le même impact sur le patient que racontée de façon plus statique, conventionnelle, assis dans un fauteuil ? Je m’appuie aussi sur l’art-thérapie, l’écriture et le psychodrame, en particulier. Ce dernier prend  en compte à la fois le mouvement, dans l’espace, et la représentation, le drame, donc l’art. Tout est lié. Les « patients » sont toujours  étonnés de voir à quel point ils ont du talent quand ils ne sont pas censurés. C’est excellent pour l’estime de soi. L’art-thérapie est un outil puissant qui permet de révéler beaucoup de vérités cachées.

Des outils préférés ?

En psychothérapie, mon cadre est toujours verbal, voire  analytique. Le  patient a besoin de parler, dans un espace de liberté. Je l’aide à reformuler, à faire des ponts entre le présent et le passé. Il ne s’agit pas de pleurer sur son histoire mais de la connaître, de mettre du sens sur ses symptômes. C’est en prenant conscience de ses blocages, de ses croyances limitantes, de ses mécanismes de répétition, de son auto-sabotage, qu’on se répare. Etre en thérapie, c’est apprendre à vivre avec le meilleur de soi-même, s’autoriser  à exprimer ses désirs, ses ressentis. Je peux induire des pistes, suggérer, évoquer même, parfois, ma propre expérience mais surtout, surtout, ne jamais interpréter. J’utilise aussi des exercices issus de la gestalt, de la psychogénéalogie… mais je n’ai pas la prétention de tous les maîtriser. Le praticien qui a une liste d’outils longue comme un jour sans pain, un menu de restaurant chinois, n’est pas forcément le plus performant.

Les qualités d’un thérapeute ?

La modestie. Nous ne sommes que des accompagnateurs, des révélateurs de talents, des restaurateurs d’estime de soi.

L’empathie, même si c’est un lieu commun : se mettre à la place de l’autre totalement.

Le respect, l’ouverture, le non-jugement : dans un cabinet on peut dire l’indicible, on peut pleurer, hurler sa colère.

L’ouverture à toutes les différences (si enrichissantes !) mais aussi à d’autres disciplines.

C’est cela aussi être intégratif et là on rejoint la modestie: admettre ne pas tout connaître et travailler en synergie. j’envoie régulièrement mes « patients » vers des confrères dont la pratique est complémentaire à la mienne (masseur, acupuncteur, sophrologue) ou plus appropriée à la problématique précise d’un « patient ». Avoir un carnet d’adresse fait partie aussi de notre job.

La relation thérapeutique est une relation très forte. La psychologie s’apprend dans les livres mais surtout à travers l’expérience. Le thérapeute doit avoir lui-même suivi un travail, c’est évident, et dans son cursus, avoir été confronté à des cas, s’être lui-même dévoilé. Il faut être passé par là, sinon, la relation sonne faux et le « patient » le ressent.

Le « patient » est plus important qu’il le pense pour le thérapeute. Personnellement, je m’implique entièrement dans la relation. Avec bienveillance, reliance, tolérance. L’alliance est bien réelle et réciproque. Enfin, il faut être généreux et même drôle.

La thérapie n’est pas forcément triste. Elle peut parfois être légère, bourrée de fantaisie et d’humour.

 Ton parcours ?

J’ai fait un cursus universitaire. Un long détour ensuite par la conception rédaction publicitaire et le  journalisme d’entreprise. La communication est toujours une passion. Comédienne, clown, animatrice d’ateliers de théâtre et d’écriture (en amatrice !), toujours impliquée dans la vie associative, je me suis orientée  sur le tard vers un métier qui a du sens comme tous les « reconvertis ». Je me suis formée en psychosomatothérapie intégrative (psychocorporel) avec une spécialisation en psychanalyse et en psychopathologie. Ce sont des titres ronflants pour une pratique pourtant très accessible.

Anick Rosas

Anick est Psycho-praticienne/consultante en développement personnel, professionnel, scolaire (coaching). Elle a aussi fondé le cabinet des thérapies : http://www.soutien-somato-psy.com/

Prenez rdv avec Anick sur www.blissyou.fr

 

La vie est une expérience, BLISS YOU. 

bliss expert 2

Sport, Massage, Paris, Coach, Yoga, Happiness, BLISS YOU

Nathalie Pons – énergéticienne et praticienne Access Bars ®

Après des études de journalisme et une aventure de 15 ans dans la presse d’entreprise, Nathalie Pons a choisi il y a quelques années de ranger ses stylos pour aller d’une autre manière vers ce qui la remplissait de joie depuis toujours : la relation à l’autre.
Le contact humain, l’écoute, le partage d’expériences de vie faisaient certes partie de son métier de journaliste, mais il manquait à tous ces échanges une dimension : celle de l’accompagnement et de l’apaisement.

photo

Qu’est-ce que la méthode Access Consciousness® ?

Access Consciousness® est un ensemble de processus dynamiques, simples et puissants qui permettent de transformer sa vie, d’en redevenir le metteur en scène et de lui donner la dimension que l’on désire. Ce concept a été créé il y a plus de vingt ans par Gary Douglas aux Etats-Unis. Il s’agit entre autres d’une nouvelle manière d’utiliser la loi d’attraction.

Access Bars® en est un des outils. Son rôle : dissiper physiquement, par le toucher de 32 points sur la tête, les empreintes-mémoires.

Trois autres instruments complètent la méthode :

  • un mantra à répéter matin et soir pour instituer une nouvelle façon de penser : « Tout dans la vie me vient avec facilité, joie et gloire»
  • L’utilisation de questions pour ouvrir aux infinies possibilités
  • Endormir le mental et laisser la Conscience agir.

 

Que permet de résoudre Access Consciousness® ?

Elle permet d’apprendre à se libérer de tous les points de vue ou croyances qui nous bloquent. Comment ? En vivant dans la question à tout moment au lieu de figer une situation donnée, une émotion, etc, par un constat ou un jugement. La loi d’attraction stipule qu’en tant qu’être vibratoire, nous émettons des vibrations et nous en recevons d’autres en résonance.

Pour changer les vibrations que nous dégageons ou être en harmonie avec ce que nous désirons vraiment, nous allons donc poser des questions ouvertes à l’univers (ou champ quantique) et le laisser agir, sans imaginer de réponses. Car attendre des réponses, c’est de nouveau faire appel au mental. Or le mental ne reproduit que ce qu’il connaît…

Ces questions au contraire ouvrent le champ illimité des possibles et génèrent une série de synchronicités qui vont nous permettre de recevoir ce qu’on a demandé… A la condition expresse que l’on soit prêt à recevoir, à accueillir ce que l’univers nous envoie !

Exemple de questions : comment transformer cette situation de façon harmonieuse ?

Quelles sont les infinies possibilités pour trouver le logement qui me convienne le mieux ? Comment cela devient encore mieux que cela ?

Access Counsciousness® apprend aussi à mettre le mental en sourdine, pour accéder à la conscience. L’utilisation de processus verbaux de déblayage et d’une formule appelée POC & POD, le tout associé aux questions, vont finir par déconcerter totalement le mental, à squeezer l’égo et laisser les doutes au placard.

 

A qui conseillerais-tu Access Bars® et Access Cousciousness®, et pourquoi ?

Cette fabuleuse méthode quantique d’accès à la Conscience propose de :

  • se libérer de mémoires anciennes, de croyances limitantes, de traumatismes physiques, émotionnels, spirituels
  • ne plus être enfermé dans les jugements (bien/mal, bon/mauvais, positif/négatif, etc)
  • briser le cercle vicieux des schémas répétitifs
  • se reconnecter à son essence naturelle : la joie
  • retrouver son pouvoir créateur en se libérant du poids du mental
  • transformer sa vibration afin d’attirer de nouvelles situations dans sa vie et ce quel que soit le domaine (la loi d’attraction)
  • redevenir l’être infini ouvert et prêt à accueillir l’inconnu des infinies possibilités

Un programme qui s’adresse à la majorité d’entre nous, non ?

Comment es-tu devenue énergéticienne ?

C’est par le magnétisme que j’ai commencé à m’orienter dans cette approche. Car il était là, présent, s’imposant à moi physiquement. L’énergie dans mes mains notamment était si forte qu’il fallait impérativement que je l’utilise ! Les signes se succédaient et me poussaient dans cette orientation que j’avais enclenchée depuis toute jeune.

Très tôt, j’ai compris que le corps et l’esprit marchaient ensemble, main dans la main, dans l’équilibre comme dans les déséquilibres. J’expérimentais les thérapies alternatives et plongeais dans les lectures et processus de développement personnel à la recherche de moi-même, du mieux-être et de la Conscience…

L’éveil engagé, j’ai donc entrepris une série de « formations » et d’initiations pour apprendre à me servir de façon curative du magnétisme qui se développait en moi au rythme de mes compréhensions intérieures et que j’utilisais déjà de manière intuitive ou guidée.

Curieuse invétérée, je me suis ensuite laissée happer par différentes approches comme la kinésiologie, qui fait très exactement le lien entre le corps et l’esprit, puis d’autres processus énergétiques et de thérapies quantiques. Une exploration qui a un sens : celui de soulager, mais aussi de libérer par mes mains, les personnes que j’accompagne, des mémoires qui les emprisonnent et les empêchent d’être eux-mêmes.

Une exploration qui perdure aujourd’hui dans la recherche d’outils toujours plus simples, rapides et efficaces d’accompagnement et d’ouverture à la conscience.

Donc en conséquence, à la libération des maux physiques et psychiques.

 

Enfin, quelle est ta philosophie de vie ?

Aujourd’hui, la façon la plus juste d’avancer en ce qui me concerne, est de marcher dans et avec l’énergie du cœur. C’est la voie que j’ai choisie. Ma démarche vise à restaurer la liberté d’être et le pouvoir créateur de chaque personne qui vienne me voir.
En ce sens, je citerai simplement Stéphane Drouet, auteur de plusieurs ouvrages de développement individuel, autour du quantique notamment.

« Je ne suis pas RESPONSABLE de ce qu’on m’a fait, depuis tout petit, je suis RESPONSABLE des conséquences que ça a sur moi aujourd’hui et de la perception que j’en ai eu, et que j’en ai encore et encore aujourd’hui.
Et je suis RESPONSABLE des conséquences de mon comportement sur les autres aujourd’hui en réaction de ma perception de ce que les autres m’ont fait dans mon passé…
Ce cycle peut durer des siècles si nous ne décidons pas là dans l’instant de prendre la RESPONSABILITÉ de nos perceptions de notre histoire… Et c’est ainsi que notre monde se construit aujourd’hui, parce que nous n’avons pas décidé d’être RESPONSABLE de la perception de nos histoires… »

 

Nathalie Pons s’est formée au Reiki, magnétisme curatif, magnétisme pour aider à arrêter de fumer, la kinésiologie (Santé par le Toucher, ICM), et Access Bars et Access Consciousness®.

Prenez RDV avec Nathalie sur www.blissyou.fr

La vie est une expérience, BLISS YOU.

bliss expert 2

 

Sport, Massage, Paris, Coach, Yoga, Happiness, BLISS YOU

Adrien Moulard – l’hypnose, un outil de choix pour aller mieux

par Adrien Moulard Hypnothérapeute.

On peut utiliser son imaginaire pour vivre un rêve éveillé dans lequel on fait des choses improbables, voire presqu’impossibles (comme on l’a vu dans l’article sur l’hypnose de spectacle). On peut également l’utiliser pour revisiter ses modes de fonctionnement automatiques et libérer son potentiel. C’est l’objet de l’hypnose thérapeutique.

J’ai tendance à voir les gens qui viennent me voir en cabinet dans un état d’autohypnose négatif (la dépression en est un exemple criant : hallucination négative des événements positifs, hallucination positive de choses négatives et stressantes, états physiques modifiés comme de la fatigue en continu, idées qui s’imposent d’elles-mêmes, distorsions temporelles dans un sens et dans l’autre, etc.). Les outils et approches de l’hypnose vont permettre de rentrer au niveau où cela se passe pour accélérer les changements.

C’est le bon moment de préciser une croyance que j’ai : l’hypnose ne permet pas de faire des choses dont nous ne serions pas capables naturellement. Elle permet juste de les faire de manière plus adaptée aux fonctionnements inconscients. Donc plus efficace.
Un exemple de quelque chose d’extraordinaire dont vous êtes capable : imaginons que vous vous coupiez sans vous vous en rendre compte. Plus tard votre regard se pose sur la plaie et la douleur apparaît. Avant cela, vous aviez naturellement créé une anesthésie, que votre conscient a ensuite levée. Dommage…

Une autre croyance utile, c’est que l’hypnose n’existe pas (vraiment) ! Il n’y a que de l’autohypnose. Je vais vous montrer comment cela fonctionne.

En lisant ces mots, vous pouvez vous concentrer sur les sensations de votre main droite par exemple. Et essayez de ne pas observer, quand vous vous concentrez sur les sensations de votre main droite, comment ces sensations évoluent. Cela crée souvent un picotement, ou un fourmillement, ou de la chaleur, n’est-ce pas ? Ou peut-être une autre sensation particulière pour vous. Je peux vous suggérer de faire tout cela (orienter votre conscience vers une partie du corps et vers le changement de sensation que cela occasionne), mais seul vous pouvez le faire, le ressentir. C’est vous qui transformez un stimulus extérieur, c’est vous qui donnez un sens à ces mots, et qui laissez ce sens devenir une réalité pour vous, dans une certaine mesure.

Alors comment cela se passe quand quelqu’un vient me voir en cabinet ? Les étapes suivies par l’hypnotiseur de spectacle valent (en général) : pré-conditionnement (les gens s’attendent à vivre une expérience particulière qui va les faire changer), conditionnement (discours d’introduction où j’explique ce qui va se passer et comment cela va se passer), pré-hypnose pour rassurer et montrer que c’est facile (on utilise des tests similaires à ce qui se fait dans un show), approfondissement de l’hypnose par la suggestion avant qu’on ne laisse le « spectacle thérapeutique » se dérouler.

Ce « spectacle » suit souvent un schéma général d’intervention (qui sera toujours adapté sur-mesure à la personne) :

  • Votre inconscient vous fait faire quelque chose dont vous ne voulez pas (fumer pour vous détendre, manger pour digérer une émotion, avoir une peur panique de l’eau, ressentir des angoisses dans certains contextes, etc.). Pour vous, c’est un problème. Pour votre inconscient, c’est une solution (il est vital de se détendre, d’évacuer les émotions, d’être en sécurité, etc.). On fait émerger l’intention positive du « problème » qui en devient une « solution pas suffisamment adaptée à vos besoins ».
  • Une fois l’intention positive du problème reconnue (pas toujours identifiée d’ailleurs), on utilise tous les outils à notre disposition pour entrer plus en contact avec l’inconscient. C’est souvent plus facile que ce que l’on croit, car l’inconscient est toujours là. Et il est opportuniste : quand il perçoit une occasion de s’améliorer (c’est le cas d’une séance d’hypnose), il a tendance à la saisir.
  • Une fois l’inconscient plus présent, la personne en état d’hypnose, on vérifie qu’on avait vu juste, qu’il a une intention positive, et que l’inconscient est prêt à faire évoluer sa manière de la réaliser. Je n’ai jamais eu un client dont l’inconscient ait une intention négative. Le pire que j’ai connu, c’est une très vieille intention positive, plus d’actualité, qui était devenu une habitude. Et parfois le besoin d’un peu de temps…
  • Une fois l’intention positive validée, on propose une recherche de nouvelles stratégies pour répondre à l’intention positive de manière plus efficace. On peut convoquer toutes les expériences de vie, les enseignements de personnes à modéliser (qui font ce que l’on voudrait faire), la créativité et l’imagination pour aider l’inconscient à se réinventer.
  • Une fois une ou plusieurs nouvelles stratégies trouvées, on invite l’inconscient à les mettre en place et à les tester, de sorte à pouvoir les affiner, les ajuster pour qu’elles correspondent au mieux à tous les besoins de la personne.

Pour finir…

Vous l’aurez compris, la communication est partout, donc l’hypnose elle aussi, dans une certaine mesure. Un bon livre, une conversation passionnante, un film prenant, une musique qui nous transporte, une rêverie éveillée ou endormie, une route bien connue, une activité physique répétitive… Nombreuses sont les opportunités pour l’inconscient de prendre le relai et nous emmener à bon port.

Je suis curieux d’imaginer, suite à la lecture de cet article, dans quels domaines de votre vie mieux comprendre l’articulation conscient / inconscient pourra vous être utile…

Personnellement, plus qu’un nouveau métier, elle a changé ma vie en me rendant plus curieux des autres, plus ouvert, au contact, sensible. Soyons honnête, avant j’étais un peu dans ma bulle, et ne prenais pas le temps d’ouvrir les livres que les gens étaient devant moi. Parfois à peine y jetais-je coup d’œil. Maintenant je lis plus volontiers l’histoire que les gens me racontent (consciemment et inconsciemment), et c’est aussi passionnant qu’enrichissant !

Prenez RDV avec Adrien sur www.blissyou.fr

Par Adrien Moulard – Maitre praticien hypnose Ericksonienne

Sport, Massage, Paris, Coach, Yoga, Happiness, BLISS YOU

Adrien Moulard

BLISS YOU et Adrien organisent des Ateliers DEEP EXPERIENCE – YOGA SOUS HYPNOSE 1 fois par mois la prochaine date est fixée au 20 novembre ! Un vrai voyage intérieur pour un lâcher-prise profond et un cours de Yin yoga introspectif.           

Toutes les infos et réservations ici : Atelier YOGA SOUS HYPNOSE

Crédits photos :  gretatu.blogspot.jp

La vie est une expérience, BLISS YOU.

bliss expert 2

 

 

DOSSIER HYPNOSE #2 : que se passe-t-il dans un spectacle d’hypnose ?

L’objectif de l’hypnotiseur de spectacle, c’est de faire vivre à son public un bon moment, drôle, divertissant, surprenant. Pour cela, il va utiliser toutes les techniques qui sont dans la boîte à outils de la communication pour inviter certains spectateurs à décaler leur état de conscience.

Parmi ces outils, tout l’arsenal de la communication évoqué dans l’article précédent (« Retour en force de l’hypnose de quoi s’agit-il ? »), plus la surprise, le choc, la pression, le trac d’être sur scène … qui ont tendance à décaler notre état de conscience tout naturellement.

Alors concrètement, on peut identifier quelques étapes qui vont permettre à l’hypnotiseur de faire (croire qu’il est capable de faire) faire la poule à quelqu’un. Ou la planche. Ou l’homme de Cro-Magnon. Ou que sais-je encore ?!

  • Le pré-conditionnement. Les gens qui vont voir un spectacle d’hypnose sont pré-conditionnés. Ils s’attendent à quelque chose (s’écrouler au compte de 3 ou au mot « dors ! », ne se rappeler de rien, etc.). Ils ont déjà vu à la TV, ou entendu parler de… Quelque part dans leur imaginaire, il y a les graines de ce qui va (potentiellement) se passer.
  • Le conditionnement. Une fois les gens confortablement installés dans leur fauteuil, l’hypnotiseur fait une introduction de son spectacle. Avant que le show ne commence vraiment, du moins c’est ce que croient les gens.

 

Les « down-time » – avant et après – sont des moments privilégiés de la communication, car le conscient croit que cela n’a pas commencé, ou que c’est fini. Il n’a pas érigé, ou a abaissé ses défenses. Les gens sont donc particulièrement suggestibles à ce moment-là. Pensez-y quand vous êtes en rendez-vous, en négociation…

Sous prétexte d’expliquer ce qu’est l’hypnose, de raconter sa vie, de parler de son spectacle, il est en fait en train de saupoudrer une montagne de suggestions. « Les gens en hypnose font ceci… », « Lors de mon dernier spectacle il s’est passé cela… », « Quand j’ai découvert l’hypnose, j’ai pris conscience que l’esprit humain est capable de… », etc.

  • La pré-hypnose. C’est un moment clef pour l’hypnotiseur. Il s’agit de repérer ses futurs sujets grâce à des petits tests (les doigts aimantés étant le plus classique), dont il est assuré du résultat (dans le test des doigts aimantés, même sans suggestion, les doigts se rapprochent, pour des raisons physiologiques). Les personnes les plus suggestibles vont répondre très fortement à ces jeux d’imagination (les doigts de tout le monde vont se rapprocher, mais seulement pour certaines personnes les doigts seront collés et ne pourront se décoller). Ce sont les personnes qui vont monter sur scène.

 

Un petit aparté sur les qualités d’une personne « facilement hypnotisable ». Dans l’imaginaire collectif, les gens croient souvent (sûrement à cause du passé sulfureux de l’hypnose, où le fascinateur semblait prendre possession de ses sujets) que ce sont les gens impressionnables, faibles d’esprit qui vont se laisser influencer. L’expérience a tendance à montrer le contraire : il faut avoir une forte dose de confiance en soi, au fond, pour laisser quelque chose de « bizarre », une apparente perte de contrôle se passer. Et une bonne capacité d’imagination pour réaliser, rendre réelles les propositions de l’hypnotiseur.

 

  • L’induction hypnotique. A ce stade, le gros du boulot est fait. Les personnes « suggestibles » ont été identifiées, elles ont déjà répondu aux premières suggestions, elles sont sur scène… Il ne reste plus qu’à approfondir leur état de suggestibilité. En utilisant souvent la surprise et le choc (« 1 2 3 FERMEZ LES YEUX ET RENTREZ EN HYPNOSE !!! » en mettant la main sur les yeux par exemple), ou alors en augmentant graduellement la complexité/difficulté des suggestions (« votre attention se dirige dans votre main droite », « vous ressentez de la chaleur dans votre main droite », « la chaleur dans la main droite la rend légère », « cette main droite commence à flotter », « plus la main droite flotte plus vous rentrez en état d’hypnose », « quand la main droite touchera le visage, vous serez en hypnose profonde et toutes mes suggestions deviendront votre vérité ! »).

Vous aurez sûrement remarqué que certains sujets seront écartés lors de ce processus. Tout le monde n’accepte pas toutes les suggestions, et l’hypnotiseur cherche ceux qui vont accepter tout ce qu’il dit, pour le bien de son spectacle.

Petite expérience personnelle : je suis allé voir un célèbre hypnotiseur québécois à Montréal. A la fin de son show, il dit « Et bien maintenant, je vais faire un cadeau à toute la salle : nous allons faire la plus grande hypnose collective que Montréal a jamais connu ». Je me dis allons-y. Il nous fait faire quelques jeux (cf point précédent), et je me retrouve debout, les yeux fermés, les mains derrière le dos (ce qu’il nous a demandé de faire). A ce stade il dit : « Vous êtes debout [dans ma tête : « Oui, c’est vrai »], vous avez les yeux fermés [« C’est vrai »], les mains derrière le dos [« Oui »] et vous êtes hypnotisés [étant hypnotiseur moi-même, je suis effectivement entré dans un état d’hypnose] et VOUS DANSEZ LE FRENCH-CANCAN !!! ».
A l’intérieur, je me dis « C’est mort, je ne danse pas le French-Cancan ». J’ouvre laborieusement les yeux et constate que certaines personnes dans la salle et sur scène le font. Chacun son truc… Mais croire qu’une personne hypnotisée fait tout ce qu’on veut est une illusion.

 

  • Le spectacle en lui-même. Une fois les sujets dans un état de réceptivité optimal, eh bien c’est le talent du scénariste qui s’exprime. Que va-t-il faire faire aux participants pour faire rire les spectateurs (régression intra-utérine, dans l’enfance, dans un passé lointain, projection dans un futur, sur une autre planète, hallucinations positives – voir, entendre, ressentir quelque chose qui n’est pas là – ou négative – ne pas voir, entendre, ressentir quelque chose qui est là, comme son prénom, le chiffre 2, son conjoint… – ancrages – à l’évocation de tel mot vous ferez ceci…). Là encore, il arrive que certaines personnes n’adhèrent pas à certaines suggestions.

 

  • Le réveil. Phase primordiale, et parfois hélas mal soignée : nettoyer toutes les suggestions, sauf éventuellement celles pouvant être utiles aux gens dans leur vie. Dans le spectacle que j’ai vécu, le showman est parti après avoir fait danser quelques danses différentes, sans un mot. Je m’attendais personnellement à recevoir quelques suggestions positives (du genre « votre inconscient va pouvoir utiliser cette expérience de la manière la plus utile pour vous »), dont un réveil en bonne et due forme. Sans cette dernière suggestion, j’ai mis plusieurs heures à sortir d’un état que je qualifierais de « stone », pas désagréable en soi, mais pas très pratique d’autant que ni désiré ni contrôlé. Je n’ose même pas imaginer l’état de personnes qui ont passé plus d’une heure dans un état encore plus profond, sans connaissance sur l’hypnose, laissées à elles-mêmes.
    Heureusement, j’ai vu d’autres spectacles où les hypnotiseurs, très pro, faisaient cela très bien et s’assuraient que tout le monde ressorte grandi et en forme de son spectacle.

 

Par Adrien Moulard – Maitre praticien hypnose Ericksonienne                                                                           Image9

 

BLISS YOU et Adrien organisent des Ateliers DEEP EXPERIENCE – YOGA SOUS HYPNOSE 1 fois par mois la prochaine date est fixée au 20 novembre ! Un vrai voyage intérieur pour un lâcher-prise profond et un cours de Yin yoga introspectif.           

Toutes les infos et réservations ici : Atelier YOGA SOUS HYPNOSE

                                        

Crédits photo : paul apalkhin

 

 

La vie est une expérience, BLISS YOU.

bliss expert 2